L’environnement où vivent les chevaux joue un rôle important dans leur comportement alimentaire. Par conséquent, les chevaux au pâturage ont une routine alimentaire différente de ceux d’écurie.
En effet, les équidés ont des habitudes alimentaires différentes en comparaison avec les autres herbivores. Plusieurs éléments font d’eux des herbivores différents des autres, à savoir leurs types et modes d’alimentation, la rapidité de leur système digestif à absorber les aliments puisqu’un cheval ne possède qu’un seul estomac contrairement aux autres herbivores, mais aussi le fait de manger leurs repas à des horaires réguliers.

Quel est le mécanisme d’absorption des chevaux de pâturage ?

L’atmosphère dans laquelle vivent les chevaux a un impact non négligeable sur leurs habitudes alimentaires. Les chevaux vivant dans les prairies naturelles, c’est-à-dire en pleine nature, consomment leurs portions alimentaires au fil d’une journée de 10 à 12 heures à des horaires réguliers.
Les chevaux qui vivent en milieu naturel prennent leur temps et mangent doucement et calmement leurs aliments. Leur mastication est donc plus longue que celle des chevaux d’écurie. En effet, un cheval de pâturage consacre quasiment les deux tiers de son temps à l’absorption des fourrages (herbe, foin, paille). Cette mastication est essentielle, elle œuvre à la bonne stimulation de sa motricité digestive. Afin d’assurer une mastication optimale et une absorption plus facile des aliments, les chevaux produisent une grande quantité de salive, variant entre 5 et 50 litres par jour  .
Quant aux poulains, dès leur sevrage, ils commencent à manger de l’herbe et adoptent une nouvelle routine alimentaire. Ils passent la majeure partie de leur journée à brouter. Sachant que les chevaux de pâturage consacrent les deux tiers de leur temps à l’absorption des fourrages, le tiers restant est destiné au sommeil, leur moment de répit. Cette durée est considérée comme plus ou moins longue si l’on compare aux chevaux d’écurie.

chevaux-au-pâturage-2

Quelles sont les préférences alimentaires des chevaux ?

Les chevaux, comme les êtres humains, ont aussi leurs préférences alimentaires. Il n’y a pas d’aliment en particulier mais en général, les chevaux sont naturellement portés à la consommation d’aliments doux et faciles à absorber.
Une attention particulière doit être portée à la qualité ainsi qu’au stockage et à la conservation de leurs aliments. Les aliments doivent être mis dans un local tempéré à l’abri de l’humidité, des rongeurs et des animaux domestiques.
Mise à part la qualité de l’aliment, les chevaux prennent en considération le milieu où ils mangent. De ce fait, les chevaux refusent de manger s’il y a des excréments ou toute forme de détritus dans un endroit.
Les chevaux de pâturage ont tendance à préférer les plantes herbacées et en particulier les jeunes pousses ayant une faible teneur en cellulose. En effet, quand les aliments sont faibles en fibres, les chevaux pourront plus facilement les mâcher et l’absorption se fera plus rapidement. Tous ces éléments nous permettent de distinguer le cheval des autres herbivores. Leurs préférences alimentaires sont bien spécifiques. Ils sélectionnent les aliments à manger.







Dans quelle mesure l’alimentation est importante pour les chevaux ?

Se nourrir est un besoin indispensable chez les chevaux afin de pouvoir vivre et survivre. Cependant, l’alimentation contribue aussi fortement au bien-être des équidés.
L’alimentation, au-delà d’être un besoin vital pour le cheval, constitue un moyen de divertissement et lui permet de préserver sa santé mentale. Les chevaux sont généralement nerveux, mais se consolent rapidement devant la nourriture. En effet, le fait de brouter les apaise. Par conséquent, l’alimentation représente une source d’apaisement pour les chevaux.
L’alimentation peut nettement impacter le comportement des chevaux. En effet, il faut être prudent car une mauvaise alimentation du cheval pourra causer des problèmes de digestion. Ces problèmes pourront se traduire par des comportements inquiétants comme des balancements de la tête verticaux ou latéraux. Pour éviter que le cheval ne tombe dans cette situation, il est important de surveiller ses rations compte tenu de ses besoins journaliers.