Le cheval est certes un herbivore mais un herbivore pas comme les autres. Nourrir un cheval n’est pas évident. Son alimentation diffère en fonction de son environnement. Le cheval est un animal très sensible aux troubles digestifs (colique, diarrhée, ulcères gastriques) et troubles du comportement (tics).

Ingestion du cheval au box

Le cheval d’écurie a un mode d’alimentation différent par rapport aux autres. Le fait que le cheval soit à l’écurie signifie qu’il sera sous la charge d’une personne qui veillera à son bien-être et son entretien. Son alimentation sera composée de foin et des concentrés. Contrairement aux chevaux au pâturage qui peuvent brouter en continue, la nourriture dans le box est délivrée par le propriétaire en quantité restreinte. Il est recommandé de combiner le foin aux concentrés pour ne pas perturber les habitudes alimentaires du cheval.
Si les quantités des concentrés et de foin sont équivalentes en termes de poids, un régime énergétique se met en place. Dans ce cas, le cheval ne dédie à la nourriture que 17,5 % en moyenne de son temps destiné à l’alimentation.
En revanche, si la quantité de foin est en quantité suffisante dans le mélange concentrés/foin, le temps d’ingestion du cheval sera similaire à celui d’un cheval au pâturage. Cependant, la quantité de la portion variera selon le poids de l’animal.
En ce qui concerne le cheval à l’écurie, si le mode alimentaire réduit le temps d’ingestion, le temps de répit sera plus long. Un cheval au pré passe la majorité de son temps à manger, s’il ne mange pas assez il pourra développer des troubles comportementaux comme les tics. Par contre, le cheval à l’écurie ne dispose pas de cette liberté et peut facilement en développer si son propriétaire ne prend pas les précautions nécessaires.







Des comportements alimentaires particuliers

Des comportements étranges permettront au propriétaire du cheval de détecter s’il souffre de troubles digestifs ou troubles du comportement.

cheval-ecurie 2

Mâchonnement d’objets

Dans la nature, la lignophagie (consommation de bois) peut être considérée comme un comportement plus ou moins normal du cheval. Ce dernier a tendance à adopter ce comportement lorsqu’il manque de matières fibreuses comme l’herbe et le foin.
En revanche, ce comportement à l’écurie est synonyme d’inconfort psychologique. En effet, cela signifie soit qu’il manque de fibres soit qu’il s’ennuie, ou bien qu’il a une alimentation riche en concentrés.
Quand l’alimentation du cheval est basée sur les concentrés, le temps consacré à l’alimentation diminue, car ces derniers se digèrent très rapidement. En plus, l’acidose caeco-colique contenu dans les céréales génère une envie de consommer des aliments riches en fibres.

Coprophagie

La coprophagie est la consommation de matières fécales (résidu de la digestion). Pour les petits du cheval, cette attitude est tout à fait normale et finit par disparaître avec l’âge, en revanche chez le cheval adulte c’est considéré comme un trouble du comportement. La cause de ce trouble peut être liée à une déviation organoleptique, à une consommation excessive de concentrés, ou encore à l’ennui.
La coprophagie peut être aussi rattachée à l’absorption de grains durs entiers par le cheval. Dans ce cas, on remarquera la présence de grains non digérés dans les crottins. Pour éviter cette situation, il est préférable de donner au cheval des aliments floconnés.
Il est nécessaire de veiller à ce que le cheval ne s’ennuie pas et ceci en lui offrant la quantité de nourriture nécessaire. Le cheval doit disposer d’une quantité suffisante et variée d’aliments.

Les besoins du cheval

Le cheval vivant à l’écurie dépend de l’homme qui doit le nourrir et veiller à son bien-être. Pour bien nourrir le cheval, il est nécessaire de lui offrir une alimentation variée et suffisante. L’eau est également primordiale dans l’alimentation du cheval, sa consommation peut varier de 15 à 60 litres par jour, voire plus.
Chaque cheval est différent de l’autre et a ses propres besoins nutritionnels en fonction de son activité. Le cheval a des besoins en énergie, en fibres, en matières grasses et sèches, en protéines, minéraux et vitamines. Il est donc important de connaître les besoins de son cheval.
Le cheval est un animal très sensible, de ce fait il est essentiel de bien s’informer sur ses besoins et de se faire aider par un professionnel.