Avec l’âge, le cheval peut manifester certaines formes de stress. C’est un phénomène que subissent tous les chevaux. Il s’agit d’une étape assez complexe dans leur cycle de vie dont les facteurs sont divers, certains peuvent être liés à son alimentation.

Comment fonctionne le métabolisme d’un cheval ?

Plus le cheval prend de l’âge, plus son métabolisme se développe. Il a tendance à être plus actif. Qui dit plus actif et dynamique dit meilleure assimilation des fibres. L’organisme d’un cheval qui vieillit détruit plus facilement les tissus. Cependant, cela implique une recomposition et une remise en état plus lente. Dans ce cas, il conviendrait de mettre à sa disposition les proportions nécessaires, adaptées à ses besoins journaliers et sans surplus, au jour le jour. Il doit être en bonne santé, ni en surpoids ni en sous-poids. Pourtant, il pourrait être amené à perdre de la masse musculaire en raison de sa faible activité. Toutefois, un suivi devrait lui être accordé comme tous les autres chevaux.
Il faudrait faire attention à certains détails, signes de bonne santé, à savoir si le cheval a toujours ce regard doux et éveillé, que son poil est resté intact et qu’il n’a aucun problème dentaire . Une surveillance régulière et un suivi chez le vétérinaire sont primordiaux.

 

 

Les produits HorseFood pour prendre soin de l’alimentation de votre cheval sont à votre disposition

 

 

 

Comment adapter les rations en fonction de ses besoins ?

L’alimentation du cheval âgé et les rations qu’on lui donnera dépendront de son état. Elles doivent respecter les constituants, les apports et la qualité requise. A cet effet, les fourrages doivent être constitués de feuilles à 25 % de cellulose et le reste doit être composé d’aliments riches en protéines, en fibres et en minéraux. Plus le cheval vieillit, plus il a du mal à mâcher. La nourriture doit donc être facilement masticable pour bien être digérée, notamment dans le cas des tiges. Il est même recommandé de les faire passer sous la vapeur pour les rendre plus tendres. Dans le cas où le cheval a des dents plus fragiles, il serait judicieux de broyer le foin avant de le mettre à sa disposition.

Étant donné que le fourrage n’est plus suffisant pour combler ses besoins, il est important de lui rajouter un apport en glucides à petites doses au fur et à mesure de la journée, cela permet d’assurer un apport à la fois stable et riche en nutriments.
Le cheval peut aussi se nourrir de légumes et fruits (carottes, céleris, pommes, bananes..) ou encore de céréales (avoine, orge..). Notez bien que l’eau est un élément essentiel pour le cheval, il a besoin d’un apport qui varie entre 20 à 50 litres par jour voire plus.

alimentation-chevaux-âgés -2

Comment suivre régulièrement son cheval ?

Il faut veiller à ce que le cheval se nourrisse bien et mange ses rations journalières soit entre 7 et 9 kg de foins par jour. Le foin doit être intact sans poussière, ni moisissure. Toutes les gâteries sont à consommer avec modération. Elles ont pour but de relancer l’appétit en cas de troubles. Le cheval, au-delà de ses rations journalières de foin, peut bénéficier de compléments alimentaires afin de renforcer ses défenses immunitaires. Par exemple, un cheval qui pèse dans les 450 kg consommera environ 2,5 kg de graines de protéagineux dans la journée.
Pendant les périodes de forte chaleur, il est recommandé de donner les céréales aux chevaux soit au lever du soleil (très tôt) soit à son coucher. Par ailleurs, les apports en lipides, vitamines et protéines doivent être maintenus. Quant à l’eau, elle doit rester à température environnante dans l’abreuvoir, bassin dans lequel les animaux petits et grands peuvent boire. Elle ne doit pas être gelée pour éviter les douleurs abdominales et coliques.
Pour prévenir de toute sorte de maladie, il est primordial d’avoir un suivi médical régulier chez le vétérinaire. Plus le cheval vieillit, plus il doit être surveillé de très près. Il faut vérifier s’il consomme les quantités d’aliments et de compléments nécessaires à son organisme mais aussi s’il ne souffre d’aucune douleur abdominale ou problème dentaire.
L’environnement où vit le cheval est aussi à prendre en compte, il doit pouvoir se sentir à l’aise et en sécurité afin de lui éviter toute forme de stress.